Vie de l'entreprise

Comment rendre sa politique RSE efficace dans son entreprise ?

LéonaLe 5 avril 2024
Les politiques RSE de votre entreprise améliorent votre image de marque

C’est en 2010 que la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a été réglementé pour la première fois via la norme ISO 26000. Il s’agit d’un document international qui vise à aider les organisations, qu’elles soient publiques ou privées, à opérer de manière responsable, aussi bien sur le plan social qu’environnemental. Elle est conçue pour être utilisée de manière volontaire par les organisations pour améliorer leur performance en matière de responsabilité sociétale. Depuis, un grand nombre d’entreprises mène des actions RSE sans forcément sans s’en apercevoir, car la RSE ne prend pas en compte que l’écologie.

Comprendre les principes fondamentaux d’une politique RSE en entreprise

La responsabilité sociétale des entreprises est orchestrée par les entreprises de façon libre, ce n’est pas obligatoire. Aujourd’hui, quelques lois ont été adoptées au niveau de l’Union européenne et nationale pour favoriser l’implication des différentes structures à ce sujet. C’est le cas, par exemple, avec la loi AGEC qui incite les entreprises à adopter des pratiques plus durables en matière de gestion des déchets, de consommation des ressources et de conception des produits.  Cependant, avant de mener des actions stratégiques, il est important de comprendre tous les enjeux de la RSE.

Les 7 domaines d’action de la RSE

La responsabilité sociale des entreprises désigne l‘intégration volontaire, par les entreprises, de préoccupations sociales et environnementales dans leurs activités commerciales et leurs interactions avec les parties prenantes. La RSE implique que les entreprises prennent en compte les impacts de leurs décisions et de leurs activités sur la société dans son ensemble, en plus de leurs résultats financiers.  Au total, il existe 7 thèmes sur lesquels on peut s’appuyer pour mener une politique RSE complète :

  • Pilier n°1 –  Gouvernance de l’organisation : il s’agit du thème principal de la RSE, car cette partie permet de piloter les autres champs d’action, de prendre des décisions.
  • Pilier n°2 – Droits de l’homme : cette partie est dédiée aux respects des droits humains sur l’ensemble de son processus. Cela concerne notamment les entreprises qui ont des filières à l’étranger. Cela touche principalement la lutte anti-corruption et les principes d’éthiques et de transparence.
  • Pilier n°3 – Relation et condition de travail : ici, on se concentre essentiellement sur des questions de ressources humaines et qualité de vie et condition de travail.
  • Pilier n°4 – Environnement : qui dit RSE, dit écologie. Cette branche est faite pour que les entreprises prennent conscience de leur impact environnemental et agissent en conséquence. Par exemple, les boutiques peuvent éteindre leurs enseignes lumineuses pour consommer moins d’énergie la nuit. 
  • Pilier n°5 – Loyauté et pratique : 
  • Pilier n°6 – Questions relatives aux consommateurs : vos clients sont le centre de vos actions pour ce domaine. C’est à vous de leur proposer les solutions les plus durables et les plus respectueuses de l’environnement tout en prenant en compte leur satisfaction.
  • Pilier n°7 – Communautés et développement local : en soutenant les associations proches de vous ou travaillant tout simplement avec des partenaires locaux, vous participez à la valorisation de votre territoire. Grâce à ça, une dynamique d’échange va se créer, ainsi de nouvelles structures auront envie de s’installer dans la même zone géographique.
Pour mener une politique RSE efficace dans son entreprise, il faut agir dans ces 7 domaines d'actions

Ces 7 piliers permettent de vous guider dans vos prises de décision au sujet de la RSE. Ils servent à vous accompagner dans vos démarches. Le but n’est pas d’être parfait partout, mais de prioriser vos actions en fonction de vos besoins.

L’importance de la RSE au sein de votre entreprise

Compte tenu des problématiques actuelles liées au climat et au bien-être au travail, avoir une politique RSE est plus que nécessaires pour votre structure. Selon l’enquête Great Place to Work¹,  81 % des salariés français pensent que les entreprises ont un rôle à jouer pour rendre la société meilleure en 2024. Ainsi, une entreprise engagée dans des pratiques responsables en matière sociale, environnementale et économique renforce sa réputation et son image de marque. Cela conduit à une meilleure perception de ses produits et services par les consommateurs. D’autant plus, mener une politique RSE apporte d’autres avantages pour votre entreprise. Avant-tout, en adoptant des pratiques responsables, les sociétés agissent de façon positive sur l’environnement. Grâce à leurs actions, les structures favorisent le développement durable tout en limitant l’utilisation des ressources naturelles. Avoir une bonne stratégie RSE permet également de réduire les coûts opérationnels et les risques. La mise en œuvre de pratiques durables est une solution pour optimiser l’utilisation des ressources en minimisant les déchets. De plus, en anticipant et en gérant les risques sociaux, environnementaux et économiques, les entreprises peuvent mieux se protéger contre les pertes financières potentielles. Adopter une stratégie RSE est une possibilité d’avoir accès à ouvrir de nouveaux marchés et saisir de nouvelles opportunités commerciales, notamment en répondant à la demande croissante des consommateurs pour des produits et services durables. En plus d’avoir des répercussions positives sur l’environnement et sur votre budget, la RSE impacte également l’attractivité de votre marque employeur.

Les impacts sur les différentes parties prenantes

Lorsqu’une entreprise agit de façon durable et éthique, elle peut avoir des impacts positifs sur différents acteurs, contribuant ainsi à créer de la valeur partagée et à promouvoir un développement durable.

Quelles sont les parties prenantes ?

  • Les clients : les consommateurs font naturellement plus confiance aux marques. Ils ont une préférence pour des produits et services durables. Leur satisfaction client est renforcée. Selon une étude de Kantar², 83 % des clients attendent des engagements RSE concrets des marques, liés à leur activité. Ne pas agir, c’est choisir de perdre une partie de ses clients.
  • Les collaborateurs : les entreprises axées sur la RSE ont souvent plus de facilité à attirer et à retenir les talents, car elles sont perçues comme offrant un environnement de travail plus éthique, équitable et responsable. Les employés sont par ailleurs plus susceptibles de se sentir engagés et motivés lorsqu’ils travaillent pour une entreprise qui valorise la RSE. Autre le point de vue écologique, se soucier de leur qualité de vie et condition de travail est également une façon de fidéliser vos équipes. Les collaborateurs sont plus productifs lorsqu’ils se sentent bien au travail. En 2022, selon une étude menée par le MEDEF³, on compte 75 % des salariés qui jugent toujours que les actions RSE mises en place au sein des entreprises sont efficaces.
  • Les fournisseurs et partenaires : le choix de vos fournisseurs et partenaires doit être cohérent et logique avec vos valeurs et missions. Si l’un de vos fournisseurs n’est pas éthique ou mène des actions douteuses, vous risquez de perdre toute crédibilité auprès de votre cible et collaborateurs, voire d’être accusé de faire du Green washing. Par exemple, chez Fairspace nous proposons d’aménager vos espaces de travail de façon durable et écoresponsable. Il est logique que tous nos fournisseurs proposent des solutions respectueuses de l’environnement. On ne pourrait pas tenir ce discours si notre mobilier serait issu des gens de l’ameublement. Nos clients n’aurait pas confiance et iront chercher un autre prestataire pour réaliser leur agencement de bureau.

Exemples d’actions à mettre en place pour votre politique RSE

Dans l’imaginaire collectif, on pourrait penser que mettre en place des actions durables peuvent prendre du temps à mettre en place. Cependant, de simples gestes rapides facilitent la vie de vos équipes tout en prenant soins de la planète. Par exemple, réaliser un réveil musculaire tous les matins entre 3 et 10 minutes limite le nombre d’accidents liés au travail, surtout pour les personnes qui ont un métier physique. Le corps est mieux préparé à l’effort. La mise en place de télétravail est aussi une solution qui a un impact sur le bien-être de vos collaborateurs, cela réduit également l’émission de GES, car les transports quotidiens sont aussi limités. Pour sensibiliser aux mieux vos équipes, vous pouvez organiser des réunions, ateliers sur différents thèmes de la RSE. Ils prendront alors connaissances des bonnes pratiques à adopter, etc.

Pour définir vos actions durables, il est conseillé de déterminer des objectifs “SMART”, c’est-à-dire, qu’ils doivent être : spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporellement défini. En bref, vos intentions doivent être envisageables mais également adaptés à vos valeurs et cultures d’entreprise. Pour cela, vous devez faire un bilan, et vous poser plusieurs questions : quels sont mes besoins ? Quelles sont les attentes de mes clients sur mon secteur ? Quelles sont les choses à améliorer au sein de mon entreprise ? Quelle activité pollue de ma structure le plus ? Comment faire pour réduire ma consommation d’énergie, etc… Votre axe d’amélioration sera meilleur pendant les trois premières années, car il s’agit de votre transition. Une fois ce cap passé, il faudra maintenir cette amélioration en réajustant votre stratégie en fonction des résultats obtenus.

Comment mesurer l’efficacité de vos démarches RSE au sein de votre entreprise ?

Il existe plusieurs critères à analyser afin de savoir si vos mesures ont un réel impact. La première chose à faire lorsque l’on mène des actions durables est de faire un bilan de votre structure. Certes, le résultat ne sera pas forcément le meilleur, mais cela vous donne une base, un point de départ. Après ce bilan, il sera plus simple de voir où l’on peut agir, mais aussi de suivre l’évolution de vos démarches.

Les indicateurs à suivre pour guider vos démarches

Pour les indicateurs, il faut regarder pilier par pilier. Voici la liste des données qui indiquent l’évolution des actions prises :

– Pour la gouvernance de l’organisation :

  • budget alloué aux mesures RSE prises
  • nombre de collègues formé à la RSE
  • nombre de collègues qui connaissent les démarches, via une enquête en interne par exemple
  • pourcentage de réponses aux questionnaires envoyés / mail ouvert à ce sujet
  • nombre d’ateliers RSE réalisés
  • fréquence des réunions réalisées sur ce sujet

 

– Pour les droits de l’Homme :

  • pour les filiales à l’étranger : nombre de fournisseurs évalués sur des sujets de corruption et complicité : est-ce qu’ils respectent les droits de l’homme ?
  • est-ce qu’ils ont signé de la charte de diversité ?

– Pour les relations et condition de travail :

  • nombres d’intervention de prestataires liés au bien-être (sophrologue, etc…)
  • nombre de salariés en télétravail
  • nombre de journées dédiées à la RSE et à l’écologie
  • indicateurs RH : taux d’absentéisme, taux de turnover, taux d’ancienneté, personnes formées, salariés en CDI / taux de promotion interne

– Pour l’environnement :

  • consommation de ressources naturelles (eau, gaz, électricité)
  • nombre de collaborateurs sensibilisés à la pollution numérique et aux écogestes
  • pourcentage de déchet recyclé revalorisé au sein de votre entreprise
  • bilan Carbonne / GES
  • pourcentage de produits ou services éco-conçus proposés par votre structure

– Pour la loyauté et pratique :

  • combien ont signé la charte RSE ?
  • pourcentage de fournisseurs évalués sur leur démarche RSE : combien font des démarches ?
  • nombre d’actions de sensibilisation réalisé par les fournisseurs

– Pour les questions relatives aux consommateurs :

  • questionnaire de satisfaction client :  combien ont répondu, combien sont satisfaits ?
  • Nombre de newsletters RSE ouverte
  • Nombre de collaborateurs formés aux gestes premier secours, cela peut être utile pour les personnes qui travaillent en contact direct avec la clientèle ?

– Pour les communautés et développement local

  • nombre d’actions locales soutenues par votre structure
  • nombre mécénat et de sponsoring
  • montant de dons
  • pourcentage fournisseurs locaux, proche de chez vous

Grâce à ces indicateurs, vous allez pouvoir analyser tous les ans les retombés de vos actions plus facilement.

Nos conseils pour communiquer sur vos actions RSE

Communiquer sur vos actions durables est le meilleur moyen d’informer toutes les parties prenantes à ce sujet. Cependant, la communication doit être réalisée correctement pour ne pas être accusé de faire du greenwashing. Pour rappel, Le “greenwashing” est une pratique consistant pour une entreprise ou une organisation à exagérer ou à embellir la réalité de ses actions en matière d’environnement, dans le but de donner une image faussement positive de son engagement écologique, alors que ses pratiques réelles ne sont pas aussi durables qu’elles le prétendent. En d’autres termes, c’est une forme de marketing trompeur qui utilise des arguments écologiques pour améliorer la perception publique d’une entreprise, souvent sans réel engagement envers la durabilité environnementale.  Pour éviter ce phénomène, il va falloir donner des preuves aux différentes parties prenantes. Les indicateurs ont donc un rôle important car ils vont :

  • crédibiliser vos actions
  • prouver votre engagement et votre sincérité
  • montrer votre transparence
  • indiquer que l’on cherche à s’améliorer, même si les résultats au départ ne vont pas être parfait, cela prouve qu’il y a eu une évolution positive

Aujourd’hui, mener des démarches RSE au sein de votre entreprise n’est toujours pas obligatoire, même si certaines lois vous y incitent. Cependant, plus vos actions seront éthiques et auront un impact bénéfique sur l’environnement, plus votre cible vous fera confiance et aura envie d’acheter vos produits ou de faire appel à vos services. Cela donne envie aux futurs talents de rejoindre et de rester dans votre équipe, donc d’être plus compétitif. Tous ces avantages dépendent uniquement de comment vous communiquer sur votre stratégie, il est alors nécessaire de prouver vos résultats pour éviter toute méfiance.

____

Sources :

¹ Étude Great place to work

² Étude de Kantar

³ Étude menée par Kantar pour le Mouvement des entreprises de France

Léona

Chargée de communication chez Fairspace. Ensemble, nous repensons les bureaux de façon durable. Notre objectif : favoriser le bien-être des employés et soutenir les entreprises dans leur transition vers un environnement de travail plus responsable.

Prenez contact avec Fairspace

Alors, prêt à créer votre espace de travail en mode circulaire ?

Parlez-nous de votre projet, de vos envies et de vos besoins et dessinons ensemble vos futurs bureaux, plus respectueux des individus et de la planète.

Encore un peu de temps ?
Ces articles pourraient vous plaire…

Comment décorer son lieu de travail : guide étape par étape
Aménagement 13 avril 2024

Réinventez votre espace de travail: le guide complet sur la déco de bureau pro

Avant de passer à un réaménagement complet des locaux, des solutions simples existent pour se sentir mieux au bureau et travailler dans un cadre plaisant. Décorer son bureau est l’une de ces solutions ! Voici 5 astuces simples pour décorer son bureau sans (trop) d’effort !

Lire la suite
Découvrez comment fidéliser vos salariés au sein de votre entreprise.
Vie de l'entreprise 16 mai 2024

Stratégies de fidélisation des salariés : approches pour retenir les talents

Lire la suite
Aménager des open space dans vos bureaux offrent de nombreux avantages.
Aménagement 2 mai 2024

Pourquoi aménager un open space dans vos bureaux ?

Lire la suite
Retrouvez toutes nos idées d'aménagement de bureau
Aménagement 26 avril 2024

“Future of work” : nos idées d’aménagement de bureau

Lire la suite